Akarana

30,00

Impression reprographie d’Art

Format 42 x 30 cm
Impression Fine Art sur papier Splendorgel haut de gamme 340 g/m²

 

 

Catégorie :

Description

L’appel d’Akarana

“A witch is born, and not made;
or if one is to be made then tears must be spilt before the moon can be drawn.
For the Lady chooses whom She wills to be Her Lover,
and those whom She loves most She rends apart before making them Wise.”

— Robert Cochrane

 

Prologue.

La Lune de feu ouvre le ciel, elle tisse de ses cheveux les métissages sacrés des enfants de l’ombre. Et de l’ombre nous sommes nés, baptisés par la pluie, nommés par les étoiles… Alors que nous marchons, nos pieds tracent les sillons qui font les rivières. Elles coulent là, hors du temps, en apesanteur, à l’intérieur de ces mouvements contraires qui font descendre la Lune sur la terre.

 

Incantation.

Déesse au visage d’obsidienne, regarde-moi, Ton prêtre/prêtresse enflammé(e) du désir de Te connaître !
Ô Toi qui es l’unique centre de toute dévotion je T’offre mon sang, ma semence, ma salive et mes larmes. Toi qui Te baignes dans la lie du monde et qui reçois toutes les attentions, je Te vénère, récitant ces mots qui ne sont inscrits  dans la pierre mais bien dans la caverne la plus secrète où brille la flamme sacrée que Tu as allumée.

Venus Noire noyée dans les océans de minuits, Toi qui hurles, furie des astres, Tu enflammes les mondes de Ton désir et de Ton amour…
Je T’en prie, parle-moi !!!
Par tout ce qui est saint et que je renie, je Te conjure !
Par tout ce qui est profane et que je bénie, je T’invoque !!
Parle-moi !!

« Je suis la Reine du Soir, et je chante au matin, Je suis l’amante fuyante, la Déesse des Pouvoirs de la Nuit. De Moi, les prétentieux n’auront que le gout âpre de ma lame mais J’étreindrais amoureusement les humbles dans leur dernier souffle. A celui qui se tient droit devant mon tranchant et qui plonge dans mes Abysses, à celui qui affronte le monde et la mort, j’offre l’éternité… Toi tu me connaitras sous ce nom : Akarana ! Reçois-le telle une promesse de fiançailles sacrées, une alliance des plus obscènes ! »

Reine du Sabbat, Dame de la Montagne, invite-moi à ta danse frénétique,
Tu T’es révélée à moi sous le nom d’Akarana, mais Tu es sans nul doute Celle qui est tant désirée, Celle qui à mille noms !
Oh Grande Reine, de l’une de Tes deux mains sénestres, tu  portes la trompette d’os afin que toutes les Légions soit convoquées, et de l’autre le Balais, sceptre de toute sorcellerie !
De l’une de Tes deux mains dextres, Tu tiens le Kapala rempli du sang enflammé du Dragon que Tu donnes à boire à ceux que Tu as choisi, et de l’autre le Grimoire Primal, secret de tout langage, grammaire éternelle.
Oh Akarana, puissé-je être digne de ces dons, couronne moi de Ta gloire !

Dame d’Elphame, Déesse des verdoyants royaumes, mère du Sang sorcier, Toi qui présides à toute magie, qui enchantes les plus puissants et détournes les plus valeureux, sois-moi favorable !
Dragonne primale, Vouivre ancestrale, Tes ondulations font frémir le cosmos de plaisir dans l’extase et la mort. Matière Noire en deçà de toute manifestation, peu ont soulevé le voile de Tes étoiles.
Tu présides au Temps et alignes les 12 à tes désirs !

Notre Dame de l’Univers, dont le visage étoilé porte l’alchimique escarboucle, viens sur mes sacrifices !
Septuple est Ta main : extirpe moi de l’ignorance !
Septuple est Ton étoile : illumine moi de tes feux sacrés !
Septuple est Ta langue : éveille mes sens à ta sagesse !
Sept sont les Voyelles sacrées,  émanations de Ta puissance.
Formés par Ta langue, sept sont nos dieux qui règnent sur l’univers, l’Heptarchie Sorcière. Radiante, Tu es le Trône devant lequel s’agenouillent Tes légions. Et parmi elles, sept grands rois se prosternent devant Toi, entourent et gardent le Trône de Ton Mystère !
Sept, sept, sept sont Tes enfants, que leur visage se tourne vers moi, oh Akarana !

Déesse de la nuit, Prostituée sauvage des déserts, tu erres dans les cimetières, te nourrissant des résidus comme le peuple s’est nourri de la Manne. Nourris-toi de moi, dévore-moi ! Moi qui ne suis qu’un fantôme parmi les autres afin que je renaisse en ton sein, initié aux Mystères !
Faucheuse dans le champ des possibles, reçois mes louanges, abreuve-toi de mon sang et que le Tien remplisse la coupe sacrée des initiés !!
Mère des abominations qui n’a aucune filiation, tu es pourtant la fille de tout ce qui sera !
Et, parce que tu es descendue, tu es ce qu’il y a de plus haut, Reine des Stryges !

Hurlant Ton nom, pleurant Ta gloire,
Vierge éternelle, Chouette blanche aux serres saillantes, dont le lait inonde la création,
Sirène couronnée d’Or, d’Azur et d’Horizon,
Lumière parmi les étoiles, Tu guides les mages vers le lieu de la naissance de ton fils, hypostase de notre Maitre, fils de Ton aurore, étoile du Matin…

Akarana !
Akarana !
Akarana !

Informations complémentaires

Poids 1 kg